Articles

Affichage des articles du décembre, 2013

Conclusion

Image
Conclusion



 issue de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:







La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,


Ai-je mis dans ce livre tout ce qu'on espérait y trouver ? Je l'ignore. Cela est d'autant moins vraisemblable que tout le monde n'y cherchera pas les mêmes choses. En commençant à le parcourir, la plupart des lecteurs auront des opinions, des préjugés, des affections ou des antipathies. Comment espérer de réformer tout d'abord ce qui ne s'use qu'avec le temps ? Mais ce qui ne sera pas l'effet immédiat de la lecture du livre sera le résultat des réflexions qu'il aura provoquées. Je crois avoir pénétré dans les causes de l'ignorance volontaire où l'on reste à l'égard de la musique ; pour la faire disparaître, je n'ai demandé qu'un peu d'attention ; les plus rebelles finiront par me l'accorder, fût-ce même sa…

Ch. 24 - S'il est utile d'analyser les sensations que la musique fait naître.

Image
Chapitre XXIV

S'il est utile d'analyser les sensations que la musique fait naître.


Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,
PrécédantSommaire du livreSuivant




Je suis certain que beaucoup de lecteurs, en parcourant le chapitre qui précède, se seront dit: « Que prétend cet  homme avec ses analyses ? Veut-il donc gâter nos jouissances par un travail continuel, incompatible avec les plaisirs que procurent les arts ? Ceux-ci doivent être sentis et non analysés. Loin de nous ces observations et ces comparaisons, bonnes tout au plus pour ceux dont l'âme sèche ne peut trouver autre chose dans la musique, ou pour des professeurs de contrepoint. Nous voulons jouir et non juger; donc nous n'avons pas besoin de raisonnements. » C'est fort bien. A Dieu ne plaise que je veuille …