Articles

Affichage des articles du 2012

Ch. 14 - De l'art d'écrire la musique - La fugue

Image
Chapitre XIV

De l'art d'écrire la musique
C -  La fugue




Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,

PrécédantSommaire du livreSuivant
L'imitation peut prendre une forme périodique et parfois interrompue pour être reprise ensuite ; dans ce cas on lui donne le nom de fugue, qui vient de fuga, fuite, parce que, dans une imitation de cette espèce, les parties semblent se fuir dans les reprises du motif. La fugue, lorsqu'elle est bien faite et lorsqu'elle est écrite par un homme de génie, comme Jean-Sébastien Bach, Haendel ou Cherubini, est la plus majestueuse, la plus énergique et la plus harmonieuse de toutes les formes musicales. On ne peut l'employer avec succès dans la musique dramatique, parce que sa marche très développée nuirait à l'intérêt de la scè…

Ch. 14 - De l'art d'écrire la musique - Le canon

Image
Chapitre XIV

De l'art d'écrire la musique
B -  Le canon




Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,

PrécédantSommaire du livreSuivant

     L'imitation est libre en ce qu'elle ne se fait pas toujours avec exactitude depuis le commencement d'une phrase jusqu'à la fin; mais il est des espèces d'imitations plus rigoureuses, qui non seulement se poursuivent dans toute l'étendue d'une phrase, mais qui se continuent même pendant toute la durée d'un morceau : celles-là prennent le nom de canons. Ce genre de musique était autrefois fort à la mode dans la société; on les chantait à table, et presque toujours les paroles en étaient burlesques ou grivoises. Tout le monde connaît celui qui commence par ces mots : Frère Jacques, dormez-vous ? Ils étaient …

Ch. 14 - De l'art d'écrire la musique - Le contrepoint

Image
Chapitre XIV

De l'art d'écrire la musique
A -  Le contrepoint



Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,

PrécédantSommaire du livreSuivant
Un mot presque barbare, qui n'a plus depuis longtemps qu'une signification traditionnelle, sert à exprimer l'opération d'écrire la musique selon de certaines lois : ce mot est celui de contrepoint. Il paraît tirer son origine de ce que, dans quelques notations particulières du moyen-âge, on écrivait la musique avec des points, dont les distances respectives entre plusieurs voix s'appelaient point contre point (punctum contra punctum); par contraction on a dit contrepoint. Les musiciens de profession appellent celui qui enseigne l'art d'écrire en musique un professeur de contrepoint ; les gens du monde lui donn…

Ch. 14 - De l'art d'écrire la musique

Image
Chapitre XIV

De l'art d'écrire la musique



Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,

PrécédantSommaire du livreSuivant


     Dans la poésie, comme dans quelques uns des arts du dessin, la composition se présente à l'imagination du poète ou de l'artiste sous la forme d'une idée simple qui s'exprime comme elle se conçoit, c'est-à-dire sans complications d'éléments. Il n'en est pas de même en musique. Dans cet art, tout est complexe ; car composer n'est pas seulement imaginer des mélodies agréables, ou trouver l'expression vraie des divers sentiments qui nous agitent, ou faire de belles combinaisons d'harmonie, ou disposer les voix d'une manière avantageuse, ou inventer de beaux effets d'instrumentation ; c'est faire à la fois tou…

Ch. 13 - De l'acoustique.

Image
Chapitre XIII

De l'acoustique.



Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,

PrécédantSommaire du livreSuivant


    L'acoustique est une science dont l'objet est la théorie du son; elle diffère de la musique en ce qu'elle n'a point de rapport avec les lois de succession des sons, d'où résulte la mélodie, ni à celles de leur simultanéité, qui règlent l'harmonie. L'examen des phénomènes qui se manifestent dans la résonance des corps sonores de diverses natures et de dimensions différentes, et les résultats de ces phénomènes sur l'ouïe, composent le domaine de l'acoustique. Ce mot est dérivé d'un verbe grec qui signifie entendre.

     La percussion, le frottement, ou d'autres modes de résonance étant imprimés aux corps sonores, produisent dans l…

Ch. 12 - De l'harmonie.

Image
Chapitre XII

De l'harmonie.



Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,




PrécédantSommaire du livreSuivant

     Plusieurs sons qui se font entendre simultanément, et dont la réunion flatte plus ou moins agréablement l'oreille, prennent le nom collectif d'accords. Le système général des accords et les lois de leur succession appartiennent à une branche de l'art musical qu'on désigne par le nom d'harmonie.

Harmonieest un mot générique quand il signifie la science des accords. Mais on dit aussi l'harmonie d'un accord pour indiquer l'effet qu'il produit sur l'oreille : autre exemple de la pauvreté de la langue.

Par suite de l'éducation des peuples modernes et civilisés, on se persuade que le sentiment de l'harmonie est si naturel à l'homme…

Ch. 11 - De la mélodie et du rythme.

Image
Chapitre XI

De la mélodie et du rythme.



Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition du livre de F.J.Fétis:

La Musique mise à la portée de tout le monde, exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler sans l'avoir étudié,




PrécédantSommaire du livreSuivant

C'est dans sa propre voix que l'homme trouve le type originaire de la musique. Cet instrument, le premier de tous, parce qu'il est à la fois le plus touchant et le plus fécond en effets divers, ne donne par lui-même que des idées de successions de sons, et ne fait pas même supposer la possibilité de simultanéité dans leur émission. De là vient sans doute que la mélodie est la première chose qu'on remarque quand une éducation précoce n'a point modifié les dispositions naturelles. Disons plus, c'est elle seule qui attire l'attention de ceux qui sont complètement étrangers aux études musicales, et l'harmonie des accompagnements frappe en vain …